L’évidente démarche RSE des Celluloses de Brocéliande

cellulose AFAQ

La société Celluloses de Brocéliande est spécialisée dans la fabrication de changes bébés et de protections périodiques féminines. En décembre 2013, elle a parfaitement réussi l’audit de suivi du label Engagé RSE, selon le modèle d’évaluation AFAQ 26000, qu’elle avait passée en juin 2012. Son responsable qualité, Fabrice Larive, nous explique comment cette évaluation est venue naturellement s’inscrire dans une politique revendiquée de reconnaissance pour mieux servir les clients et, in fine, les consommateurs.

Nous avons été certifiés AFAQ ISO 9001 (qualité) dès 2001. Il s’agissait alors d’activer une politique de certification volontariste et non pas imposée. À l’époque l’idée était de faire progresser l’entreprise et de la structurer par la qualité. En 2009, nous avons obtenu le certificat AFAQ ISO 14001 (environnement). L’objectif était cette fois de faire valoir notre fibre écologique tout en améliorant l’image de notre entreprise. Et, prochainement, en septembre 2014, même si notre démarche sécurité est reconnue et appréciée, nous passerons l’audit de la triple certification QSE. Nous aurons alors le meilleur outillage en matière de certification à faire savoir auprès des donneurs d’ordre, des parties prenantes et des consommateurs.

POURQUOI VOUS ÊTES-VOUS LANCÉS DANS LA DÉMARCHE ENGAGÉ RSE ?

FL : Vous pouvez constater que nous faisons beaucoup de choses en matière de certification. Cependant, l’ensemble manque de liant. Quand, en 2010 j’ai été invité par AFNOR Certification à une journée de présentation de l’ISO 26000, j’ai tout de suite compris que c’était génial. Dans un premier temps, parce que je me suis rendu compte que notre entreprise avait déjà beaucoup de points forts à faire valoir par rapport à la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et donc par rapport à l’ISO 26000. Ensuite, j’ai aussi très vite apprécié les qualités intrinsèques de ce nouveau référentiel. Il allait nous permettre de chapeauter et donner du sens à tout ce que nous avions entrepris pour améliorer notre entreprise. Et donc de mieux la fédérer grâce à la RSE.

VOUS AVEZ DONC COMMENCÉ PAR IDENTIFIER LES POINTS FORTS ET LES POINTS FAIBLES DE VOS PRATIQUES ?

FL : Pas du tout ! La démarche Engagé RSE était pour notre Comité de Direction (CODIR) comme une évidence qui venait naturellement s’inscrire dans notre dynamique d’amélioration continue. Nous avons donc pris, si j’ose dire, les choses à l’envers. Nous avons voulu faire un état des lieux de notre positionnement sociétal pour que ce soit le point de départ d’un travail et non un aboutissement. Je m’explique : nous nous sommes lancés dans l’évaluation sans lire la norme ISO 26000, sans plan d’action RSE structuré, sans analyse des parties prenantes de notre entreprise. L’idée était de savoir où nous en étions et ainsi déterminer avec précision que faire ensuite pour progresser en matière de RSE.

QUELS ONT ÉTÉ LES RÉSULTATS DE L’ÉVALUATION ?

FL : C’était la grande question. Nous pensions atteindre le niveau 2 « en progression ». En fait, avec 541 points nous avons obtenu le niveau 3 « confirmé ». Mais, le plus important n’est pas d’avoir obtenu une bonne note. C’est de monter en puissance par rapport à celle-ci. Et sur ce point, le label Engagé RSE accompagne la notation d’un outil remarquable, le rapport d’évaluation. Nous en avons fait un plan d’action en reprenant simplement les propositions dudit rapport pour aller plus loin. La démarche est tellement riche qu’elle permet de se faire évaluer en offrant toute une série de pistes d’amélioration.

QUELS ONT ÉTÉ LES POINTS QUE VOUS AVEZ DÛ AMÉLIORER ET QUE LE SUIVI D’AUDIT EST VENU CONSTATER ?

FL : En juin 2012, le rapport d’audit constatait que nous avions des valeurs mais qu’elles n’étaient pas formalisées ni communiquées. On les a donc définies pour les partager avec l’ensemble de nos parties prenantes. Quatre grandes valeurs ont ainsi émergées : le respect, la confiance, la culture de l’amélioration continue et le développement des compétences et des savoir-faire. Le rapport de suivi d’audit de décembre 2013 est venu constater que nous avions bien travaillé puisqu’il précise que nos valeurs sont maintenant soutenues par une organisation riche de sens, elle-même soutenue par les efforts de la direction générale et du management intermédiaire pour faire progresser la performance globale des Celluloses de Brocéliande. Et quand on nous demande aujourd’hui notre position sociétale, nous n’avons pas à faire de longue démonstration. Que ce soit vis-à-vis du client, du consommateur ou d’une partie prenante, il nous suffit de montrer notre attestation d’évaluation et la partie est gagnée. C’est donc aussi un efficace outil de communication.

AFAQ 26000 des Celluloses de Brocéliande

Logo-Engage-RSE
Pour aider les organisations à évaluer la pertinence et le niveau de maturité de leurs pratiques selon l’ISO 26000, AFNOR Certification propose le label Engagé RSE. Sur le plan concret, l’évaluation et son suivi, qui a lieu 18 mois après, se déroulent dans les locaux de l’entreprise. Le but est d’analyser ses activités et pratiques par la conduite d’entretiens et de revue d’indicateurs. Ainsi, l’entreprise obtient une note sur 1000, correspondant à l’un des 4 niveaux de maturité du modèle d’évaluation : initial, en progression, confirmé ou exemplaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *