Attractivité économique : un référentiel gagnant en Auvergne

 

À gauche, Marie-Gaëlle Cazes (communauté de communes du Pays de Montsalvy) ; à droite, Stéphanie Frobert (ARDTA) – Photos DR

Favoriser le développement économique d’un territoire en accompagnant les porteurs de projet : un référentiel AFNOR Certification, qui vient de faire peau neuve, vise à structurer cette démarche expérimentée avec succès depuis 2008 en Auvergne. Retour sur expérience.

Certains territoires ruraux de l’Hexagone connaissent une baisse de vitalité démographique et économique depuis plusieurs décennies. Pour redynamiser ces zones délaissées, une solide politique visant à inciter les acteurs économiques à s’y installer s’avère incontournable. Dans cet esprit, en 2008, AFNOR Certification a accompagné l’Agence régionale de développement des territoires d’Auvergne (ARDTA) dans la rédaction d’un référentiel répondant aux enjeux de développement de l’ancienne région Auvergne. Le but ? Proposer un signe distinctif aux territoires ayant entrepris d’accueillir et d’accompagner des nouveaux arrivants, quelle que soit la raison de leur venue. Une démarche coordonnée par l’ARDTA, elle-même certifiée. « Huit ans plus tard, le recul et l’expérience nous ont permis de voir qu’il fallait clarifier nos engagements et ne cibler que les porteurs de projet souhaitant créer, reprendre ou développer une entreprise », explique Stéphanie Frobert, chargée de mission et responsable qualité à l’ARDTA.

Désormais intitulé « Accompagnement des projets d’activité et d’installation sur un territoire », le référentiel s’est enrichi, tout en conservant ses fondamentaux : « Chaque projet s’inscrit aujourd’hui dans la stratégie globale du territoire et la confidentialité des échanges est garantie. Des réponses sont apportées plus rapidement aux porteurs de projet et les offres d’installation identifiées de façon plus formalisée et proactive, poursuit Stéphanie Frobert. Bien sûr, les élus restent fortement impliqués dans l’intégration des nouveaux arrivants, qu’ils rencontrent systématiquement. Ces derniers bénéficient d’un suivi trimestriel puis post-installation trois ans durant, mené par un référent coordonnateur formé pour cela. Ils apprécient beaucoup d’avoir un seul interlocuteur ! Qu’ils s’intéressent à la filière bio ou aux enjeux de santé, les projets accompagnés se construisent dans la transparence, le respect, la réactivité et la confiance. »

Déploiement hexagonal

Dans le Cantal, l’un des départements de l’ancienne région Auvergne, la communauté de communes du Pays de Montsalvy (aujourd’hui membre de l’intercommunalité « la Châtaigneraie cantalienne » suite à la réforme territoriale de 2015) a été certifiée fin 2013, puis de nouveau trois ans plus tard. « Cela a permis de valoriser notre travail d’accompagnement engagé en 2010 et de le structurer, précise Marie-Gaëlle Cazes, chargée de mission économie, tourisme et culture. Autre atout : la mise en réseau avec mes collègues des autres territoires certifiés pour échanger nos bonnes pratiques sur cette démarche qualité. C’est un processus très enrichissant ! »

En outre, avec la certification, les élus ont pris conscience de l’importance que revêt l’accompagnement personnalisé pour les porteurs de projet. Chaque année, une quinzaine de contacts sérieux sont identifiés et depuis 2011, dix projets ont été concrétisés. « Ainsi, une famille s’est installée en 2015 à Cassaniouze, l’une des communes du territoire, pour reprendre un garage en perte de vitesse. L’activité a été relancée et des services complémentaires proposés », illustre Marie-Gaëlle Cazes. Autre exemple : à Lafeuillade-en-Vézie, commune voisine. « En 2016, un carreleur a créé sa société. Ce secteur étant en forte tension, il a été accueilli à bras ouverts ! Et nous aidons même les conjoints à chercher un emploi si nécessaire », poursuit Marie-Gaëlle Cazes.

Chez AFNOR Certification, on pointe un autre atout : « En améliorant la satisfaction des porteurs de projet et la qualité de service, la certification valorise le travail des territoires impliqués et leur apporte de la crédibilité auprès des professionnels de la création d’entreprise (Pôle emploi, CCI, etc.) avec lesquels ils collaborent », souligne Céline Gey, ingénieure certification. La démarche a bien sûr vocation à se déployer dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes… et dans tout l’Hexagone.

 

En savoir plus sur le référentiel Accompagnement des projets d’activité et d’installation sur un territoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *