Continuité d’activité : le centre de R&D de Galderma paré face aux crises avec l’ISO 22301

@Galderma

@Galderma

Certifié ISO 22301 depuis novembre 2015, le leader mondial en dermatologie prouve qu’il est organisé pour garantir les services offerts aux patients même en situation de crise. Le centre de recherche & développement de Galderma donne une nouvelle dimension à sa politique d’amélioration continue.

Vous êtes parmi les premières entreprises certifiées ISO 22301. Qu’est-ce qui vous a motivé pour engager cette démarche ?
Frédéric Fourquin : Avant tout le côté structurant de la norme. Nous avions déjà fait la démarche d’un plan de continuité d’activité. Ce qui manquait, c’était tout le dynamisme du processus que l’ISO 22301 permet de mettre en place. C’est ainsi que l’on a créé un comité de pilotage, des revues de direction, que l’on a identifié les bons correspondants dans notre organisation pour le maintien de l’activité. C’est la principale force d’une telle norme : nous obliger à avoir une démarche systématique et donc pérenne.

Vous avez donc changé le fonctionnement de votre organisation ?
FF : Non, parce que le site R&D de Sophia Antipolis était déjà certifié ISO 14001 et OHSAS 18001 . Nous savions déjà qu’il était nécessaire d’avoir des correspondants et une revue de direction. Cette nouvelle certification structure encore mieux la politique d’amélioration continue de Galderma. Elle nous conduit à maintenir le système de référence à jour et les documents opérationnels. De plus, c’est l’aboutissement d’un travail collectif au service de l’ensemble de notre site. En fait, avec ces trois certifications, nous sommes dans une logique d’homogénéité et de cohérence, car toutes sont structurées de la même façon et améliorent notre fonctionnement avec une même logique.

Imaginez-vous encore progresser au regard du travail déjà accompli avec cette troisième certification ?
FF : Oui. Une telle certification renforce quasi automatiquement les liens que vous pouvez avoir avec les fournisseurs ou les institutionnels locaux. Cette consolidation des liens est un des points sur lesquels nous allons continuer à nous améliorer. En interne aussi, grâce au fait d’avoir à tester plusieurs fois par an les différents plans de continuité.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour atteindre cette certification ?
Philippe Nedoncelle : La principale difficulté était de bien appréhender des activités autres que celles de notre cœur de métier, la R&D. Il nous a aussi fallu démontrer à l’ensemble du personnel que cette certification allait nous apporter de la valeur ajoutée. Au travers de cette démarche, nous sécurisons nos processus, nos activités et nous assurons ainsi la robustesse de notre cœur de métier.

À ce propos, comment avez-vous sensibilisé les équipes ?
PN : Nous avons commencé par organiser un concours HSE (hygiène sécurité environnement) sur la continuité d’activité. Le personnel a ainsi pu apprécier au plus près la réalité de cette nouvelle norme. Puis, nous avons mis en place des autoformations en ligne, via notre site intranet, pour que tout le monde prenne connaissance de nos supports de sensibilisation, puis se teste au travers d’un quizz. Des formations plus spécifiquement ciblées à l’intention des acteurs directs ont enfin permis de s’assurer de la bonne compréhension de la démarche auprès des auteurs des documents.

La démarche de certification vous a conduit à mettre en place une structure d’alerte précoce. A quoi sert-elle ?
PN : Il s’agit d’un groupe de personnes très restreint, composé de M. Fourquin et moi-même, du responsable du bâtiment et des responsables des entités supports comme l’Informatique ou les Ressources Humaines. C’est notre cellule d’alerte précoce qui décide si, oui ou non, telle ou telle situation mérite de passer en cellule de crise ; cellule qui décidera à son tour de déclencher ou non un ou plusieurs plans de continuité. Dans tous les cas, si la cellule d’alerte est activée, nous communiquons un rapport au comité exécutif de Galderma afin de maintenir une communication efficace auprès de la Direction de l’entreprise.

Plus prosaïquement, est ce que cette certification va être utilisée comme outil de communication ou/et de marketing ?
FF : Pas en termes de marketing, mais pour développer des relations que nous pouvons avoir avec nos partenaires commerciaux et fournisseurs. Par exemple, quand nous lançons un appel d’offres, nous indiquons que nous sommes certifiés ISO 22301. Nous sommes donc enclins à choisir, dans la situation d’une même qualité de prestation, celui qui a ou qui prévoit d’avoir une politique de continuité d’activité. Vis-à-vis de nos clients professionnels de santé, le fait d’être certifié et de le faire savoir renforce la qualité et la sûreté de nos offres.

Encadré LeMag_Galderma

ISO 22301

NFS_Crc
AFAQ ISO 22301 spécifie les exigences pour planifier, établir, mettre en place et en œuvre, contrôler, réviser, maintenir et améliorer de manière continue un système de management documenté afin de se protéger des incidents perturbateurs, réduire leur probabilité de survenance, s’y préparer, y répondre et de s’en rétablir lorsqu’ils surviennent.

 

En savoir plus sur l'ISO 22301

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *