AFAQ ISO 50001 à l’épreuve de l’industrie extractive pour la première fois en France

Pour une entreprise, viser et obtenir la certification de son système de management de l’énergie permet d’évaluer ses usages énergétiques et d’améliorer ses pratiques opérationnelles. Depuis décembre 2014, la société Carrières des Roches Bleues affiche le certificat AFAQ ISO 50001. C’est la première en France métropolitaine à inscrire son activité d’entreprise extractive dans le cadre de la transition énergétique. Explications avec Joël CRÉVASSOL.

La norme ISO 50001 se fonde sur l’amélioration continue. Ainsi, l’entreprise qui l’adopte intègre le management de l’énergie à l’ensemble des démarches qu’elle met en œuvre pour réduire son impact environnemental.

Pourquoi ce choix d’essuyer les plâtres de la certification ISO 50001 dans votre secteur?

Joël CRÉVASSOL: La politique de notre groupe est très claire. Nous travaillons avec le milieu naturel. Nous nous devons de le respecter comme nous devons respecter la réglementation en vigueur et anticiper celle qui verra le jour à plus ou moins court terme. Quand on parle de préserver les ressources naturelles, c’est aussi pour faire en sorte que notre gisement de basalte ne s’épuise pas exagérément tout en ayant une consommation énergétique la plus raisonnée possible. De plus, l’ISO 50001 vient muscler notre démarche environnementale (ISO 14001).

La démarche présente aussi un intérêt industriel. Quel est-il pour les carrières des roches bleues?

JC : Auparavant, nous mettions au rebut une partie non négligeable des matériaux que nous extrayions. Un des objectifs de nos derniers investissements a donc été de récupérer et valoriser ces matériaux et donc de rentabiliser « en bon père de famille » le gisement naturel… C’est un exemple d’intérêt industriel direct. En optimisant le gisement, nous
diminuons déjà notre ratio énergétique. Mais ce n’est qu’une partie et la démarche d’amélioration continue

Obtenir la certification vous permet d’améliorer l’économie globale de votre activité?

JC : Oui, mais pas seulement. Elle nous reconnait également le statut d’entreprise responsable et transparente qui communique avec l’ensemble de ses parties prenantes sur une thématique d’aujourd’hui. Ce n’est pas neutre dans le cadre d’une profession qui, il y encore peu de temps encore, souffrait d’un déficit de connaissance et de crédibilité. D’autre part, la performance énergétique correspond à une tendance lourde de l’industrie extractive. A noter aussi que nous sommes, je veux parler du Groupe Eiffage, dans une logique d’économie post énergie peu chère. Même si la conjoncture d’aujourd’hui signale un pétrole bon marché. La direction DD d’Eiffage anticipe aujourd’hui un environnement économique où les sources d’énergie bon marché seront rares. La transition énergétique nous fait entrer de plain-pied dans cette ère.

Est-ce qu’AFAQ ISO 50001 est compliquée à obtenir?

JC : Pas vraiment, il faut souvent faire appel au bon sens. Nous avions réalisé en amont un bilan carbone qui nous a permis de sensibiliser les équipes. En revanche, ce qui nous a pris du temps c’est de réaliser une bonne revue énergétique. C’est le cœur de la démarche ISO 50001. Elle permet de croiser les différentes sources d’énergie avec les différents usages que nous en faisons pour le fonctionnement de la carrière. C’est un travail de fourmi indispensable mené par les équipes de Claude ARNAL (responsable Exploitation) et Marie Laure REFFLE (animatrice QSE), sous l’impulsion de Pascal MOISAN (directeur). Nous avons ainsi pu dresser un plan d’actions correspondant aux usages les plus significatifs de notre consommation d’énergie. C’est la réflexion, les idées, et les connaissances très fines des procédés qui peuvent déboucher par exemple, sur des investissements ciblés, la mise en place de capteur innovant, un changement d’organiation ou encore une formation pour un certain type de personnel et le travail sur les comportements. En bref, la revue énergétique passe au scanner notre consommation d’énergie et ses usages et potentialise les économies que l’on peut faire.

Concrètement, comment ce plan de management de l’énergie se traduit-il?

JC : En 2015 et 2016 nous projetons de réduire de 15% notre consommation de gasoil, de 10 % celle d’électricité et de 10 % celle d’explosifs. Nous avons par exemple supprimé trois tombereaux articulés d’alimentation, de 40 tonnes de charge utile chacun, sur deux postes. Cela représente une économie annuelle de consommation de gasoil non routier de l’ordre de 200 000 litres pour un total d’environ 8 000 heures de fonctionnement d’engins. En fait, nous changeons radicalement notre façon de produire, car nous sommes en train de renouveler entièrement nos installations.

Est-ce que les autres carrières du groupe Eiffage vont suivre l’exemple de celle des Roches Bleues?

JC : Les Carrières des Roches Bleues sont pionnières sur ce certificat. Certaines autres carrières du groupe ont même commencé à engager cette démarche de maîtrise de l’énergie à différents stade d’avancement.

Pourquoi travailler avec AFNOR Certification?

JC : Nous travaillons avec AFNOR Certification sur toutes nos démarches d’amélioration. Et c’est naturellement que nous avons poursuivis pour le management de l’énergie. Les visiteurs et auditeurs sont d’un très bon niveau ainsi que les axes d’amélioration proposés. Pour le management de l’énergie, une visite préalable d’évaluation nous a permis de nous situer objectivement sur le référentiel afin de planifier efficacement la mise en place du système. Pour conclure, je dirais que cette initiative de sobriété énergétique et écoresponsable permet d’asseoir la pérennité de l’activité d’extraction du site en maîtrisant au mieux les indicateurs clés de performances du métier de la carrière.

Roches bleues ISO50001

 

AFAQ ISO 50001

AFAQ ISO 50001

En choisissant une démarche de certification AFAQ ISO 50001 (système de management de l’énergie), vous évaluez vos usages énergétiques, mettez en œuvre un plan de comptage de l’énergie, améliorez vos pratiques opérationnelles et innovez dans vos choix d’investissement pour atteindre vos objectifs en matière de performance énergétique.

En savoir plus sur l'ISO 50001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *