La France, bonne élève de la certification

 © Robert Kneschke / Fotolia

© Robert Kneschke / Fotolia

L’organisation internationale de normalisation (ISO) vient de publier son enquête annuelle dressant le panorama, pays par pays, du « parc » de certificats octroyés aux entreprises revendiquant de bien appliquer certaines normes volontaires internationales. En 2015, le nombre de certifications délivrées augmente de 3 %, avec plus d’un million et demi de certificats dans le monde. Gros plan sur la France.

Star des estampilles, l’ISO 9001 reste de loin la certification la plus délivrée selon l’enquête 2015 d’ISO Survey, avec plus d’un million de détenteurs dans le monde. En France, 27 844 structures détenaient ce certificat de management de la qualité fin 2015, confortant la place de l’Hexagone dans le top 10 mondial. En matière d’environnement, 6 847 certificats ISO 14001 ont été délivrés en France, dans un contexte de progression mineure en Europe (0,5 % de certificats en plus) et notable au niveau mondial (+ 7 %). La France demeure l’une des meilleures élèves d’ISO 14001, en décrochant la 8e place mondiale d’un classement dominé par la Chine. Révisées en 2015, ces deux normes phares pourraient bien susciter une hausse du nombre de certificats dans les prochaines années.

Côté énergie, ISO 50001 poursuit son essor. La certification distinguant un système de management de l’énergie conforme à la norme volontaire du même nom double son nombre de certifiés en France, qui passent de 270 fin 2014 à 500 fin 2015 ! « L’Europe reste en tête, avec 10 152 certificats contre 11 985 dans le monde, en bonne progression de 2014 à 2015. C’est probablement un effet de la mise en œuvre de l’article 8 de la directive européenne sur l’efficacité énergétique, qui exempte d’audit énergétique réglementaire les grandes entreprises certifiées ISO 50001 », analyse Catherine Moutet, responsable d’AFNOR Energies.

L’industrie aux premières loges

En la matière, l’Allemagne continue sa course très largement en tête avec 5 931 organismes certifiés (+2 500 en un an), suivie par le Royaume-Uni et ses 1 464 certifiés (+1 000). La France complète le podium, talonnée par l’Italie. A titre d’exemple, les Etats-Unis n’affichent que 53 certifications, soit une de plus en un an. En termes de métiers, poursuit Catherine Moutet, « l’industrie rassemble près de la moitié des certificats ISO 50001 dans le monde (6 600), avec des secteurs très en pointe comme la métallurgie, l’agroalimentaire, la plasturgie et la chimie. A l’inverse, la pétrochimie ou la fabrication de ciment et de plâtre, assez énergivores, sont en retrait. »

La France affiche également une bonne santé dans le domaine des dispositifs médicaux (ISO 13485). Avec 32 % de progression et 1 400 certificats au compteur, le pays pointe à la 6e place, dans un marché mondial quasi-stable et un marché européen en légère rétractation (- 4 %). La France signe ainsi l’une des plus fortes croissances du palmarès, dans un de ces traditionnels secteurs d’excellence.

Concernant la sécurité alimentaire et l’ISO 22000, la France se situe dans la moyenne du continent : + 5 % d’organismes certifiés entre 2014 et 2015, avec 669 certificats décernés. Le pays échoue aux portes du top 10, dont la Pologne ferme la marche avec ses 677 certifications. Indétrônable, la Chine affiche près de 10 000 structures certifiées, soit une progression de plus de 21 % en un an, preuve de l’importance prise par le sujet dans l’Empire du Milieu.

Continuité d’activité : timide percée

Si les structures françaises prennent de plus en plus conscience de l’importance de la sécurité de l’information, le pays affiche pourtant un retard abyssal en la matière : seuls 227 organismes étaient certifiés ISO/IEC 27001 fin 2015, ce qui laisse la France aux portes d’un top 10 européen dominé par le Royaume-Uni (2 790 certifiés), la Roumanie (1 078) et l’Italie (1 013). Le pays peut se consoler avec une progression de 50 % en un an, soit l’une des plus fortes hausses du continent. Avec plus de 10 000 certifications, le Japon affiche sa suprématie en tête du palmarès mondial, loin devant le Royaume-Uni et l’Inde.

Enfin, l’ISO 22301, qui se penche sur la continuité d’activité, n’a intéressé que 8 entreprises françaises l’an dernier, soit une de plus qu’en 2014. Cette certification qui figure depuis un an dans l’enquête ISO séduit pourtant deux fois plus d’organismes dans le monde qu’il y a un an, preuve de l’importance prise par le sujet : 480 entreprises indiennes et 345 britanniques détiennent déjà leur certification.

La France affiche donc un bilan 2015 plutôt positif, malgré d’importantes disparités selon les secteurs d’activité. Au niveau mondial, l’Asie – Chine et Inde en tête – dynamise fortement le marché de la certification.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>