RSE : Pierre Fabre passe du niveau « confirmé » à « exemplaire » du label Engagé RSE

pierrefabre

Trois ans après avoir obtenu le niveau « confirmé », les laboratoires pharmaceutiques et dermo-cosmétiques Pierre Fabre passent au niveau le plus élevé du label Engagé RSE grâce à une politique de RSE poussée. Une première pour une entreprise de plus de 10 000 salariés.

Vous gravissez une marche supplémentaire dans votre politique de RSE. Comment accueillez-vous cette distinction ?
Pierre-André Poirier : Avec une grande satisfaction, car en nous soumettant à une nouvelle évaluation, deux choses étaient en jeu. D’une part, faire reconnaître notre politique de RSE en termes de pilotage et de contenu auprès des six filiales et de la centaine de personnes impliquées en interne. D’autre part, conforter notre démarche d’acteur majeur et légitime dans ce domaine auprès de toutes nos parties prenantes.

Est-ce la loi, notamment la loi Grenelle 2*, qui vous a motivés à vous lancer dans cet exercice ?
Pierre-André Poirier : Non, nous l’avons fait volontairement. Lors de notre première évaluation, en 2012, cela faisait trois ans que nous nous étions engagés dans un processus de structuration de notre politique de responsabilité sociétale. Nous voulions ainsi nous assurer que nos modes de formalisation, de déploiement et de communication de nos engagements étaient conformes aux attentes du marché et plus généralement de nos parties prenantes. Le label Engagé RSE répondait précisément à notre besoin.

Comment la RSE s’est-elle diffusée dans l’organigramme du groupe ?
Pierre-André Poirier : Nous avons monté un comité de pilotage au niveau du groupe, comité que j’anime et qui rend compte à la direction générale à raison de deux rendez-vous par an. Cette démarche se traduit dans les différentes activités de l’entreprise sous forme de feuilles de route déclinant les actions à mener, de manière très opérationnelle, par exemple en termes de process industriel, de R&D, de ressources humaines. Le champ d’action est large : santé et de sécurité au travail, écoconception des produits, limitation des émissions de gaz à effet de serre, etc.

Sur quels points vous êtes-vous améliorés entre 2012 et 2015 ?
Pierre-André Poirier : Sur la gouvernance, notamment. La direction que j’anime a été créée en juillet 2014, elle compte aujourd’hui quatre collaborateurs. Les évaluateurs ont également noté une imbrication plus étroite de la démarche de RSE avec la stratégie globale de l’entreprise, une meilleure vision et une plus large prise en compte des enjeux des parties prenantes de l’entreprise.

A l’inverse, sur quoi vous faut-il encore progresser ?
Pierre-André Poirier : Nous devons mieux décliner notre démarche de RSE à l’international, le groupe étant présent dans 45 pays. Nous devons, en particulier, renforcer la structuration de notre politique de santé et de sécurité au travail au plan international. Enfin, il nous faut amplifier le processus d’évaluation de nos partenaires et fournisseurs sur les enjeux liés à la RSE.

*Son article 225 exige des entreprises de plus de 500 salariés de publier des informations sur leur performance sociale, environnementale et sociétale, et de les faire vérifier par un organisme tiers indépendant accrédité, tel qu’AFNOR Certification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>